Quid de l’habillement à emporter ?


D’autres Cyclo-touristes ont dressé des listes d’affaires nécessaires et suffisantes à emporter. Je ne le referai donc pas.

coupe-vent
Pyjama sac de couchage

Pyjama sac de couchage

Également, par le fait que c’est une question toute personnelle liée à son mode de vie, de sa tolérance au froid et aux régions que l’on traverse. Chaque voyage à ses particularités et ses objectifs propres.

 Un point de focus

Je rappellerai que nous partons l’été en général et qu’ils sont de moins en moins pluvieux. Mais cela arrive quand même. Donc le coupe-vent, le vrai, pas le K-way qui vous étouffe est une nécessité absolue (respirant et déperlant). La petite laine du soir également.
Le poncho est très pratique pour ses usages multiples mais il offre aussi une prise au vent maximale pour ceux qui s’assoient dessus.
Également, que nous transportons tout, donc, prévoir léger en poids en termes d’habillement. Étant un cas particulier avec notre voiture suiveuse, on constate bien les excès de fringues qui ne sont jamais portées pendant les 15 jours.
Donc, faites un constat de ce qui n’a déjà pas servi pendant vos vacances sédentaires.

La petite laine

Un petit paragraphe spécial sur ce thème.

On a beau partir l’été, quelques fois, les soirées et les nuits sont fraîches.

Un tee-shirt manches longues en laine mérinos 200mg apporte un énorme plus.

Cette laine a pour avantage d’être régulatrice de température peu sujette à la transpiration et apporte au corps une température constante et agréable même par grosse chaleur.

J’en ai toujours une dans mon sac. Au final, elle ne m’a servi que sur un seul circuit, mais ce fut le moment de plaisir.

Par été froid, elle sera la bienvenue.

Le cuissard

De un, je suis passé à deux cuissards (question lessive).

C’est vraiment le vêtement idéal pour le cycliste question confort sur la selle. Opération tout en un, pas de caleçon qui vous rentre dans les fesses, rembourré avec du gel et très agréable à porter avec sa peau de chamois. Et, quand il bruine, aucune comparaison possible avec le short long en coton qui lui restera imprégné d’eau et mettra un temps certain à sécher.

Le petit moins, pas de poches pour ses petites affaires lors des visites de patrimoines (option short multi-poches par-dessus à ces moments)

La lessive

Dans les hébergements/camping, une machine à laver est à souvent à disposition.
L’hôtellerie, je n’en sais rien, c’est donc une question à poser en faisant son plan de route et ses réservations.

Donc une halte lessive est toujours possible et même recommandée et permet de limiter le nombre d’affaires personnelles à emmener.

Cela implique de prévoir la lessive en pastille sous sachet, le fil à linge et les épingles à linge.

D’expérience, il est plus pratique de la faire en camping, car l’espace dans une chambrée n’est pas dédié au séchage ni spécialement aéré et certaines fois partagé (rarement) avec d’autres randonneurs. Il est assez courant qu’un fil d’étendage extérieur soit mis à disposition par l’hébergeur.

Du point de vue pratique, cette passe lessive se programme lorsque l’on reste plus d’une nuit au même endroit.
Dans la préparation du voyage, c’est une notion a intégré.

Liens sur quelques blogs liste équipements