2017 – Vallée du Tarn et du Lot


Voir le parcours

  • Distance : 378km
  • Début : 08 août 2017
  • Fin : 16 août 2017
  • Dénivelé + : 4060m
  • Dénivelé – : 3924m
  • Alt. max. : 233m

Fichier RessourcesGalerie photos

Ce ne sera pas tant le Lot mais surtout le Lot et Garonne avec un départ du côté de Montauban. Lamothe-Capdeville pour être plus précis, où nous rejoignons un couple d’amis et y laissons les voitures.

Puis, nous tracerons vers Moissac et le canal de Garonne que nous remonterons jusqu’à Damazan en faisant un détour par Nerac après être passés par Agen.

Enfin, bifurcation vers Clairac, Villeneuve sur Lot, Fumel, Bonaguil, Puy l’évêque, Cahors pour finir à Saint Cirq Lapopie.

9 petits jours cette année avec de petites étapes dédiées aux visites et à la flânerie.

Lamothe-Capdeville -> Moissac

Arrivée au pont canal Moissac

Départ de chez un ami pour y laisser les voitures.

On a suivi le Tarn par le Nord jusqu’à Saint Maurice puis la Française. Là, on a dévié notre route au sud sur une inspiration du moment. Du coup la route à flanc de coteaux s’est transformée en ballade sur du plat à longer les champs de pêches, brugnons, kiwis, pommes, poires, etc.
Forcément, on a goûté celles qui étaient tombées par terre et elles étaient excellentes.
On a fini par prendre celles qui étaient sur les arbres.

Cloître des Carmels

On a fini par rejoindre le canal d’entre-deux mers au niveau du pont canal au sud de Moissac pour poursuivre jusqu’au port puis au centre d’accueil des Carmels dans les hauteurs dans un cadre calme et reposant.

Ce dernier est géré par la club Alpin français pour une centaine de cellules de 2 à 3 personnes. Selon l’hôtelier, 13000 nuitées par an.

Visite de l’abbaye, du cloître et déambulations dans la ville de Moissac.

En gros une journée à 32km tranquille pour se remettre dans le bain.

Moissac -> St Hilaire de Lusignan

Remontée du canal d’entre deux mers jusqu’à Agen.

Peu de chose à dire sinon que ce tronçon est parfaitement goudronné et donc très roulant.

Ballade agréable jusqu’au pont-canal d’agen entrecoupée d’une halte sur le site de Villascopia à Castelculier.
Bref, si vous voulez voir une villa romaine, allez à Plassac du côté de Blaye mais là, ça ne casse pas des briques.

Arrive à Agen, Grosse erreur, nous avons choisi un camping du mauvais côté de la Garonne. D’abord la route départementale qui y mène n’est pas agréable et aucun chemin de traverse n’est possible.
Trop contents d’être arrivé au pont canal, nous l’avons traversé pour le spectacle. Du coup, nous avons dû le retraverser.

L’option du lendemain matin, sera de faire le chemin inverse pour retraverser de nouveau le pont canal.

Un peu plus de 60km de ballade au total pour cette journée.

À noter 10 degrés d’écart positif en température entre Moissac et Agen.

St Hilaire de Lusignan -> Nerac

Nous avons choisi l’option Nord jusqu’à Port Sainte Marie pour retraverser la Garonne sur un rythme assez soutenu puisque sur route.

Une fois traversée, nous descendons sur la Bastide de Vianne pour déjeuner.

Très belle bastide avec son église et jardin et son petit parc avec tables de pique-nique au bord de la Baïse près du pont.

Pour terminer cette journée par la route des coteaux qui mène au pont de pierre de Nérac où nous visitons le château d’Henri IV et le prieuré.

Pour cette nuitée, on a joué grand luxe en chambre d’hôte au domaine des Cauzes. 208€ pour 7 personnes avec petits déjeuners très copieux.

Les hôtes sont adorables jusqu’à nous conduire en voiture en ville le soir pour dîner et venir nous rechercher après.

Nérac -> Clairac

On a repris le même chemin jusqu’à Vianne puis nous avons bifurqué vers le Nord pour rejoindre le canal de Garonne jusqu’à Damazan.

Clairement, seul notre coin pique-nique est intéressant. Vianne était plus belle.

Déçus, nous repartons vers Clairac et attaquons la vallée du Lot.

Route de vergers puis attaque de quelques vallons et montées pour atterrir au Camping de la plage en bord de Garonne.

La pelouse manque un peu de tonte sur les emplacements du fonds où nous sommes installés. On a également de l’occupation à regarder les toiles d’araignées au plafond dans les sanitaires mais c’est relativement propre en dessous.

Et puis pour 35€ pour 7 personnes, on ne va pas se plaindre.

Clairac -> Villeneuve sur Lot

Départ sur le tard suite à un problème de batterie de voiture.

On passe rapidement Clairac pour suivre sur Castelmoron sur Lot que nous éviterons pour passer sur l’autre rive.

Erreur, car nous arrivons très rapidement sur la route principale très roulante.

Pour rejoindre Le temple sur Lot, nous passons donc à travers champs où un agriculteur nous offre pas moins de 7 kg de courgettes. Les sacoches débordent.

La commanderie du Temple est superbe. Elle ne se visite pas. Juste un tour dans la cours est possible en passant par le resto.

Nous avons préféré nous rabattre sur la pépinière à nénuphars Latour-Marliac. C’était magique.

On repart sur Sainte Livrade puis Pujols par une voie cyclable sécurisée. Enfin ! Et bordée de nombreuses haltes avec tables de pique-nique.

Dommage qu’elle s’arrête en fin de commune de Sainte Livrade. Il manque un gros bout sur Villeneuve pour faire la jonction avec la véloroute que nous avons failli rater puisqu’elle passe sous la route départementale très passante mais avec une belle BAU qui nous a permis de circuler tranquillement.

Arrivée à Villeneuve sur Lot, il nous faut monter sur le plateau pour atterrir au camping Lot & Bastides.

Un 3 étoiles superbement tenu avec de vrais grands emplacements à l’herbe grasse et une piscine qui fut la bienvenue ouverte jusqu’à 21h. À noter, le papier toilette fourni et le tarif serré de 51€ pour 7 personnes.

Pujols -> Fumel

La montée à Pujols après le petit déjeuner n’a pas été très digeste d’autant plus que ce charmant village était investi par une foire artisanale. On a donc rien vu.

Pour le visiter, c’est hors saison ou avant 7h et après 19h. Entre les deux, point de visites. On a perdu 2 heures pour rien.

Redescente sur Villeneuve sur Lot, ville est morte le dimanche. Rien d’ouvert, mais centre-ville mignon et quasi-interdit aux voitures.

Route agréable vers Penne d’Agenais où nous pique-niquerons. Nous ne monterons pas en haut pour visiter.

Nous rejoignons Fumel pour emprunter la piste cyclable suivant le tracé de l’ancienne voie ferrée presque jusqu’au camping « Las Catalpas » pour se rafraîchir dans la piscine.

Là non plus, pas de visite. Nous n’avons même pas vu le château.

Fumel -> Puy l’évêque

Retour en arrière pour attraper la route de Bonaguil.

Dernier château fort construit en France, il rassemble tout ce qu’il s’est fait « de mieux » auparavant en matière de défense. Longue visite de 3h. Du coup déjeuner sur place avant de faire une trace directe sous un soleil de plomb pour arriver à Puy l’évêque et sillonner les rues montantes de la vieille ville pour aller chercher notre gîte tout en haut de la colline.

Le gite de l’Ameillée est dans son jus. Nous avons été déçus malgré l’accueil très agréable des hôtes. Seuls hôtes à nous avoir offert une collation.

Puy l’évêque -> Cahors

Une première partie assez tranquille à naviguer entre les vignes de Malbec mais sous un orage menaçant jusqu’à Luzech où nous trouvons un table de pique-nique en bord de Lot. Pique-nique écourté par la pluie. Nous nous réfugions dans le bar d’à côté « le Quai 5 » pour attendre la fin du grain autour d’un café.

La seconde partie a été plus sportive avec la longue côte de Douelle. Passage obligé au pont Valentré Puis tour de la ville Cahors par le sud en bord de Lot pour rejoindre le « relai des Jacobins ». Gîte étape pour pèlerins sur le chemin de St Jacques de Compostelle.

Serge nous a permis de planter nos tentes dans le jardin et de garer les vélos également au niveau jardin.

Nous avions pris demi-pension (25€ sous tente, 34 en chambre) et avons excellemment bien mangé en compagnie de notre hôte et des pèlerins de passage.

Avantage : le relai est tout proche de la vieille ville.

Cahors -> Saint Cirq Lapopie

Ce fut la journée feu d’artifice touristique.

D’abord par une visite de la vieille ville de Cahors le matin.

Arpenter le marché face à la cathédrale et les ruelles nous a amené jusqu’à midi.

Trouver une table pour pique-niquer dans Cahors n’est guère facile. Nous avons fini par en trouver une à Laroques des Arcs sur notre route en bord de Lot.

Nous poursuivons l’après-midi par la route principale très circulante jusqu’à Bouziès. Nous avons donc forcé l’allure et espacé les groupes de 2 à 3 vélos pour moins déranger et assurer la sécurité.

Bouziès est une vaste escale nautique où démarre le chemin de halage taillé dans la falaise qui mène jusqu’aux abords de Saint Cirq Lapopie. C’est tout simplement superbe.

Puis nous terminons cette journée par un bain à la plage de Saint Cirq.

Vers 18h30,  nous réenfourchons nos vélos pour rejoindre notre gîte d’étape en haut de la ville.

Arrivés à la porte de cette dernière, le spectacle est grandiose. La montée à travers les ruelles encombrées de touristes également avec un petit 20% à l’arrivée nous annoncera-t-on.

Autant dire que la visite du village à été remise au lendemain matin pour cause de grosse fatigue et du fait également que le repas était sensé être servi à 19h en compagnie de pèlerins de Saint Jacques.

D’un commun accord nous avons décidé d’arrêter le circuit ici pour prendre le temps de visiter ce bijou d’autant plus que l’étape jusqu’à Montbrun ne semblait rien apporter de plus.

Conclusions

Au final, quelques 370km en 9 jours, de belles visites touristiques, des paysages de vergers, de bord de rivières, de montagne et de vignes.

Bref un circuit bien sympathique qui amène un regret : que les voies cyclables sécurisées ne soient pas plus développées. Seuls Sainte Livrade sur Lot et Fumel nous en ont proposé ainsi que le canal entre deux mers. Et pourtant nous avons longé bon nombre de voies ferrées désaffectées qui si elles étaient aménagées permettraient de rendre véritablement très agréable ce circuit.